Le cas Fitzgerald de John Grisham

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUATRIEME DE COUVERTURE

Bruce Cable possède une librairie réputée à Santa Rosa sur l’île de Camino, en Floride. Bien que son affaire soit prospère, l’argent provient surtout du commerce de livres anciens et d’éditions originales. Peu de gens, toutefois, savent que Cable a parfois recours au marché parallèle dans sa quête d’ouvrages précieux. Lorsque des manuscrits de Francis Scott Fitzgerald sont dérobés à la bibliothèque de l’université de Princeton, Cable est rapidement suspecté par les enquêteurs. Mercer Mann, jeune romancière en panne d’inspiration, est contactée pour infiltrer le cercle d’amis du libraire. Sa mission : se rapprocher de l’homme et découvrir ses secrets. Mais Mercer va trop en apprendre, et les ennuis vont commencer.

L’AUTEUR

Auteur de renommée internationale né en 1955, John Grisham a été avocat pendant 10 ans avant de connaître son premier succès littéraire avec La Firme publiée en 1991. Aujourd’hui auteur à temps plein, il est un véritable phénomène éditorial aux États-Unis où chacun de ses livres se vend en plusieurs millions d’exemplaires et fait l’objet d’adaptation cinématographique très remarquée. Marié, père de deux enfants, John Grisham est l’un des auteurs les plus lus dans le monde.

MON AVIS

Ce livre n’est pas un thriller juridique comme la plupart des livres de l’auteur mais traite des marchés noirs. Le suspense est tissé autour du vol à l’université de Princeton, de cinq manuscrits de Francis Scott Fitzgerald, dont le célébrissime Gatsby le Magnifique, rien que cela !.

A la demande d’un mystérieux cabinet travaillant avec le FBI, Mercer Mann, enseignante pour raisons alimentaires, mais écrivaine talentueuse en panne d’inspiration va infiltrer le milieu littéraire à Camino. Sa mission : se rapprocher de Bruce Cable propriétaire d’une fameuse librairie et d’une collection de manuscrits rares afin savoir s’il a acquis les cinq manuscrits volés.

Comme tous les Grisham, lorsqu’on plonge dans ses livres, il est impossible de les lâcher. Celui-ci, qui se passe dans le monde de la littérature, de l’édition n’échappe pas à la règle. J’ai pris grand plaisir à naviguer parmi ces auteurs avec leurs pannes d’inspiration, leurs doutes, leurs séances de dédicaces ratées. Non par cynisme mais parce que cela les rend réels, humains, touchants. Les personnages sont donc très attachants y compris ce fameux Bruce Cable, censé être un homme sans foi ni loi. Des crimes, du suspens, des rebondissements, une fin inattendue voire incroyable.

Partager avec vos amis!

    Leave a Comment

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *