Madame la Présidente de Ava Djamshidi et Nathalie Schuck

 

 

 

 

 

 

 

 

QUATRIEME DE COUVERTURE :

La première enquête sur le rôle politique de Brigitte Macron, la Première dame que l’on surnomme désormais  » Madame la Présidente « .

De Brigitte Macron, les Français connaissent la silhouette longiligne, le sourire solaire. Une première dame lisse, soucieuse de rester à sa place, légèrement en retrait. Qui sait qu’elle joue, en coulisses, un rôle capital ?

Dans le huis clos de l’Élysée, elle est la première conseillère du chef de l’État, sa coéquipière, la véritable  » maîtresse des horloges « , celle qui le sermonne quand il dérape. Chaque soir, une fois fermée la porte des appartements privés, elle lui fait remonter les colères qu’elle perçoit, les doléances qu’elle glane. À l’aise dans les jeux de la cour, cette fausse candide a un avis tranché sur les ministres et conseillers, et le fait savoir. La garde rapprochée du président, qu’on surnomme le  » club des mormons « , a dû apprendre, non sans peine, à composer avec cette singulière épouse.

Dans cet ouvrage riche en révélations – ses coups de colère, les mesquineries des collaborateurs du chef de l’État, la vie quotidienne des Macron au Palais –, fruit d’une longue enquête, de rencontres avec la première dame et d’entretiens avec de nombreuses personnalités politiques, c’est le véritable rôle de Brigitte Macron à l’Élysée qui, pour la première fois, est dévoilé.

LES AUTEURES

Ava Djamshidi est journaliste politique au Parisien. Elle a écrit Coupable d’avoir été violée (Michel Lafon, 2013) avec Meriem Ben Mohamed, adapté au cinéma en 2017 sous le titre La Belle et la Meute.
Nathalie Schuck est grand reporter politique et rédactrice en chef adjointe au P arisien-Aujourd’hui en France depuis 2008. Elle est notamment l’auteure avec Frédéric Gerschel de Ça reste entre nous, hein ? Deux ans de confidences de Nicolas Sarkozy (Flammarion, 2004).

MON AVIS :

Sa vie était banale autrefois. Elle a dû depuis qu’elle est First Lady changer d’attitude, se faire plus discrète, troquer ses tenues décontractées pour des tenues chics : elle a choisi Vuitton pour ses toilettes officielles.

Pour ce qui est de son tempérament Brigitte Macron est une femme très cultivée, chaleureuse mais avec beaucoup de caractère : une poigne de fer dans un gant de velours pour reprendre la célèbre expression. Elle a son parler franc et n’hésite pas à donner son avis et même « remonter les bretelles » de son époux devant les membres de son cabinet.

Elle est « la prise de terre » du Président : lorsqu’elle est là, sa présence est l’assurance que le voyage ou la réunion ne tournera pas au marathon. Au lieu de terminer à quatre heures du matin, on terminera à 23 h. C’est elle qui a imposé à Macron des week-ends de repos, loin de l’Elysée. Elle surveille la ligne du Président également.

Elle a son fan-club parmi les ministres (Jean-Michel Blanquer, Muriel Pénicaud, Marlène Schiappa) mais aussi parmi le personnel de l’Elysée qu’elle reçoit avec beaucoup de bienveillance comme le ferait un DRH.

J’ai voulu lire ce livre sans a priori : mais il est difficile de donner un avis. On ne peut juger ni le style, ni le contenu puisqu’il ne s’agit pas d’un récit ou d’un roman.

Le thème récurrent est la différence d’âge. Pas de scoop : tout ce qui est dit dans le livre a déjà été ressassé par la presse : ses tenues chics, son goût pour les petites blagues, son agacement pour les discours trop longs. Mais j’ai quand même été heureuse de le lire, car nulle lecture n’est inutile.

 

 

 

Partager avec vos amis!

    Leave a Comment

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *