L’amant de Patagonie d’Isabelle AUTISSIER

L’AMANT DE PATAGONIE D’Isabelle AUTISSIER

L'amant de Patagonie de Isabelle AUTISSIER

L’amant de Patagonie de Isabelle AUTISSIER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

1880, alors que l’évangélisation décime le Nouveau Monde, Emily est envoyée en Patagonie en tant que « gouvernante » des enfants du révérend. Elle qui ne sait rien de la vie découvre la beauté sauvage de la nature, les saisons de froid intense et de soleil lumineux, toute l’âpre splendeur des peuples de l’eau et de la forêt. La si jolie jeune fille, encore innocente, découvre aussi l’amour, avec Aneki, un autochtone yamana. Alors, sa vie bascule. Réprouvée, en marge de la civilisation blanche, Emily fugue, rejoint Aneki et croit vivre une passion de femme libre. Jusqu’au drame.

 

L’auteur :
Isabelle Autissier, navigatrice française  née le le 18/10/1956 , est  première femme à avoir accompli un tour du monde en compétition.

Isabelle Autissier, qui est née à Paris dans le 12e arrondissement, passe sa jeunesse à Saint Maur en région parisienne et découvre la voile en Bretagne dès l’âge de 6 ans.

En 1978, elle sort de l’École nationale supérieure agronomique de Rennes avec un diplôme d’ingénieur agronome (spécialisation en halieutique). En 1980, elle mène pour le compte du CORPECUM une recherche sur les langoustines et les gros crustacés. Cette activité de recherche se prolonge pour le compte de l’IFREMER, à La Rochelle sur les pêcheries du golfe de Gascogne. De 1984 à 1990, elle enseigne à l’École maritime et aquacole de La Rochelle.

En 1991, elle termine 7e au cours du BOC Challenge en réalisant l’exploit d’être la première femme à faire un tour du monde en course. C’est cette réussite qui la pousse à abandonner l’enseignement pour se consacrer entièrement à la course au large.

En 1996, elle participe au Vendée Globe à bord de PRB, mais est contrainte à l’abandon suite à la casse de son safran.

En 1999, au cours de la course en solitaire autour du Monde Around Alone (ex-Boc Challenge), elle chavire à 25 nœuds et son bateau reste à l’envers. Le skipper Giovanni Soldini viendra la sauver. C’est probablement cet accident qui accéléra la décision d’Isabelle Autissier d’abandonner les courses en solitaire. Elle continue néanmoins quelques courses en équipage.

Isabelle Autissier s’est également tournée vers l’écriture. Après plusieurs récits, essais, ainsi qu’un livret d’opéra, Homo Loquax, elle publie en 2009 son premier roman, Seule la mer s’en souviendra, l’histoire d’une supercherie en mer inspirée d’un fait réel – l’affaire Crowhurst en 1969.

 

L’histoire

L’histoire se déroule sous le règne de la reine Victoria (1837-1901) en Patagonie;

Emily est orpheline. Elle a perdu sa mère à sa naissance et son père depuis peu. Son frère Grey qui est un peu plus âgé qu’elle, est placé comme journalier chez des fermiers. Elle est confiée à  sa famille la plus proche mais bien lointaine quand même dont le père de famille est pasteur : le révérend Mac Kay. Son statut dans cette famille n’est pas bien défini, plutôt domestique que membre à part entière. Le pasteur a un ami qui exerce la même profession en Patagonie. Il propose à Emily de le rejoindre. Elle embarque le 26 mars 1880 ; elle a seize ans. En arrivant à Ouchouaya (aujourd’hui Uhuaïa) elle trouve les autochtones hideux.

« Ils sont petits, guère plus d’un mère soixante, mais surtout disproportionnés, le tronc démesuré par rapport à des membres grêles. Leurs jambes sont particulièrement malingres et sans finesse. Mais ce sont leurs visages surtout qui signent l’appartenance à une race inférieure : une bouille ronde, une large et vilaine bouche, de lourdes paupi§res notées sous une tignasse noire, qui, bien sûr n’a jamais un peigne »  P 26

 

Mais très vite elle va changer d’avis trouvant les paysages fabuleux, et les autochtones beaucoup moins hideux bien. Au contraire de ses compatriotes elle ne les considérera jamais comme des sauvages mais comme des gens sages, proches de la nature. Alors que ses congénères sont là pour évangéliser ces « sauvages »,  elle est fascinée par le peuple des Yamanas, par leur culture, leurs rites, leurs légendes, leur respect de la nature. Elle devient institutrice. Plusieurs heures par semaine elle enseigne l’anglais à une dizaine d’enfants de 8 à 12 ans mais elle en profite également pour apprendre d’eux leur langue. C’est donc une instruction à deux sens. P45

Elle tombe amoureuse de l’un deux : Aneki. Cet amour est impossible. Une blanche ne peut mêler son sang à celui d’un sauvage. « Vous êtes complètement folle, ma fille. Epouser un sauvage ! Croyez vous que je me rendrais complice d’en égarement pareil ? Réveillez-vous !  Dieu nous a amnés ici pour porter les lumières de la foi pas pour la fornication. Jamais vous ne formerez un couple chrétien avec cet individu. Aneki est peut etre tr§s malin et doué pour certaines choses, mais il n’ aucune valeur morale. Il reste dans l’obscurantisme de sa race, toujours prêt à courir nu à je ne sais quelle cérémonie mécréante ». p96-96

Une explication dans la bouche de Joachim : « Tu sais qu’il a peur que cela donne du pouvoir à Aneki, peut être plus que le sien. S’ils se sentent puissants, les Yamanas pourraient arrêter de rentrer dans nos vues, refuser d’apprendre nos pratiques et notre religion. Ils pourraient même nous faire la guerre pour que nous partions et qu’ils retrouvent leur tranquillité d’avant » P 103

On fait pression sur elle, on l’enferme, on la met à l’écart, mais elle tient bon et un jour avec la complicité de Joachim, elle pourra enfin s’enfuir avec lui.

Tous deux fuient pendant 6 jours. Ils ne peuvent se réfugier ni chez les blancs, ni chez les indiens. Puis ils arrivent « C’est là. Pourquoi là ?. Cachés du vent, avec la bonne forêt et le soleil du matin pour réveiller les os. Le canard le sait, l’otarie le sait. Ici ce sera Tushcalapan : « la baie du canard lourdaud » Tushcalapan. Voilà ma nouvelle vie, mon dernier bel été ». P 116

mais très vite Aneki pour le bien d’Emily qui est enceinte et malade, rejoint son peuple. Malgré la précarité de leur vie, la faim parfois et le surtout le froid car son corps d’européenne n’est pas fait pour supporter de vivre quasiment nue dans la nature, elle est éperdument amoureuse de Aneki et vit avec lui d’intenses moments de bonheur. Ils vont vivre seuls quelques temps puis, enceinte et malade, elle rejoindra avec lui le peuple des Yamanas.

Cushi, très âgée, veut lui transmettre ses pouvoirs de Yékamushs : elle a possède l’art de guérir et de repousser les mauvais esprits. Elle a senti   en Emily la force des Yekamushs, de l ‘Hainola-orque. Elle entre davantage dans la culture des Yamanas. Il n’y a pas chez eux un dieu unique, créateur et grand ordonnateur. Ils sont étrangers à la prière et à la notion du péché. Leur dieu est plutôt une entité qui représente la nature toute entière, mais ne donne pas de ligne directrice de comportement. Celui-ci est fixé par des signes de la nature qui permettent l’interprétation des éléments. « On doit rester silencieux en présence de Lejuwa—l’Ibis qui est un animal susceptible et peut envoyer une tempête de neige pour se venger, le gazouillis de Lufénia-la-chouette indique qu’il y aura de la viande demain ; on ne doit pas faire l’amour avant de partir en mer car cela contrarie Hainola-l’orque » P 154. Emily absorbe toutes ces notions nouvelles : le blanc est synonyme de mort chez les Yamanas car dès que la neige arrive, le gibier se fait rare.

La journée des orques. Emily fait une expérience para-normale. Selon Aneki il a vu les orques en elle. Elles l’ont choisie. selon les croyances locales ce sont les orques qui choisissent les Yekamushs qui sont capables de voir l’âme, de voir ce qui a été et ce qui sera. . P. 126-127-128-129

Une nuit elle sent qu’il se passe quelque chose, une menace qui approche. Elle voit un voile tout blanc. Ils sont attaqués. Le révérend a-t-il mis leur capture à prix ? Leur hutte est brûlée (P134) Emily parvient à tuer l’assaillant.

Mais le froid et la neige arrivent. Le gibier se fait rare. Emily commence à tousser. La fièvre la gagne. Elle craint pour l’enfant qu’elle porte (P 137)

Tous deux retournent au pays des ancêtres d’Aneki. L’endroit s’appelle Uarutoaya. Elle va y vivre tout l’hiver mais malheureusement Aneki est tué par des argentins. Ceux-ci pensant qu’Emily est retenue malgré elle, la ramènent à Ouchouaya.

Elle retourne donc malgré elle à Ouchouaya où bien entendu elle est mal accueillie, reniée par les siens. Elle accouche d’un garçon. Le pasteur initialement souhaite envoyer l’enfant dans un orphelinat et renvoyer Emily en Ecosse. Toutefois, à la demande de John un homme qui a toujours regardé avec intérêt Emily avant qu’elle ne s’enfuit avec Aneki, il lui soumet une proposition qui en fait n’admet aucune alternative. Elle devra épouser John Doodle qui veut bien d’elle et qui accepte aussi son enfant qui devra porter un nom de blanc. Elle vivra avec lui sur une ferme et plus jamais elle ne reparlera de cet épisode de sa vie avec Aneki.

Le temps passe outre Lukka l’enfant d’Aneki, Emily aura deux autres enfants. Mais elle aura toujours avec Lukka une connivence qu’elle n’aura pas avec ses autres enfants Elie et William.

En grandissant Lukka devient de plus en plus proche de la tribu des Yamanas. Il ignore pourquoi mais il a instinctivement les gestes et ressent toutes choses comme eux. Un jour il demande à sa mère l’autorisation de se faire initier par eux et passer ainsi dans le clan des adultes. Mais Emily n’est pas d’accord. Lukka s’enfuit de plus en plus souvent auprès des siens et va les pousser à se soulever contre les blancs. Fait prisonnier Lukka doit être jugé. Il parvient à s’échapper. Mais le déclin des Indiens se poursuit. Plus rien ne sera comme avant.

Les maladies « européennes » comme la rougeole font des ravages auprès des indiens qui ne sont pas immunisés P 75. Aneki perd sa famille pour la seconde fois

Un livre magnifique qui nous sensibilise aux beautés de la Patagonie mais c’est également une réflexion sur ce qui fut la colonisation de cette contrée au 19e siècle.

Un récit époustouflant !

 

Partager avec vos amis!

    Leave a Comment

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *